jeudi 19 mai 2011

Le Voyage à Pékin - Canard Laqué ! (Jour 1)

"Bonsoir, un Canard laqué ? Oui, très bon choix, vous voudrez un riz cantonnais ou un riz nature avec ceci ?"
(http://www.youtube.com/watch?v=lV5x080Pkq4)

Après être sortis du parc, nous avons pris le taxi en demandant à aller dans une zone active la nuit. Ils nous ont donc emmené à 金宝洁 (Jinbao street), une rue avec plein de trucs marrants. Voyez par vous-même :

Le chemin qu'on a fait.

La fameuse rue. Mais qu'est-ce donc que tout ça ?

Oh ! Des étoiles de mer !

Ah, des...

Euh...

Hum...

En fait...

Ah, des rouleaux de printemps !

Bon y'avait quand même des bonnes choses !
Sur toute l'allée, les gens nous aguichaient "hello, hello, snake ! snake ! beettle !". Finalement on a rien pris parce que nous cherchions quelque chose de bien particulier... (Non on avait pas les chocotes de manger du scorpion !)

Le fameux, le délicieux, le tant convoité, mesdames et messieurs, je vous présente... le canard laqué de Pékin ! Connu dans le monde entier grâce à sa chair délicieuse, sa peau croustillante et sa sauce aux huîtres des plus raffinées, le canard laqué a su devenir, avec le riz cantonnais, l'emblème des restaurants chinois, le symbole de la gastronomie de l'Empire du milieu.

La recette du canard laqué façon pékin est très précise : Le canard, une fois vidé, est recouvert d'un mélange de miel et d'autre ingrédients, avant d'être mis au four pendant un laps de temps. Puis une fois bien cuit, le croupion est coupé et on souffle dans le canard pour décoller la peau. Initialement servie telle quelle, la colonisation occidentale a apporté l'idée des peau de riz à la vapeur dans laquelle sont maintenant enroulés les morceaux de canard laqué, avec deux trois tiges de ciboulette ou autre fine herbe, et un soupçon de sauce à l'huître. Le reste du canard quand à lui est servi en soupe ou frit et sauté.

Le restaurant dans lequelle nous sommes allés semblait plutôt pas mal, mais au final le canard n'était pas transcendant : Il avait le même goût que ceux qu'on pourrait avoir dans tout autre ville, voir même en France !

Mais bon, c'était quand même pas mauvais.

Il y avait un arbre dans le restaurant, mais je crois que c'était un faux.


On a pas mangé que le canard laqué, on (j'ai) a aussi mangé des tête de canard, des oeufs de cent ans, de la viande sur plaque chauffante...





Après celà, nous sommes restés dans la zone, qui était une avenue façon 南京路 à Shanghai : plein de boutiques, plein de lumières... Nous sommes entrés dans un dans un centre commercial pour faire joujou.










Ah oui, un truc marrant,  à Pékin il n'y a pas de passage piéton : les gens traversent en sous-sol !


Puis Théo et moi sommes allés voir les bâtiments de nuit (donc fermés), histoire de faire de la reconnaissance  pour les jours suivants.
Finalement, on est ensuite rentrés en pousse-pousse mécanique (c'est beau la technologie !).


Et puis il faisait nuit. Seulement le premier jours et nous étions déjà fatigués ! Mais il restait encore deux jours à Pékin...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire